VU DES US.  Arvind Krishna a estimé que son entreprise pourrait remplacer quelque 7 800 collaborateurs par des systèmes d’intelligence artificielle. Les effets de cette décision pourraient se faire sentir en Suisse. L’embauche dans les fonctions de back-office telles que les ressources humaines sera suspendue ou ralentie, a déclaré Krishna dans une interview. Ces rôles non liés aux clients représentent environ 26 000 travailleurs, a déclaré Krishna. «Je pouvais facilement voir 30% de cela être remplacé par l’IA et l’automatisation sur une période de cinq ans.»

Partager cet article