Time Magazine revient sur la situation du #metoo cinq ans après sa nomination comme Personnalité de l’année. Pour beaucoup de ceux qui ont parlé, la situation a dégénéré, et les agresseurs ont été maintenus à leur poste. Si 49% des Américains se disent favorables au mouvement, et seulement 21% hostiles, les victimes restent stigmatisées, malgré 70 projets de loi anti-harcèlement sur le lieu de travail, un décret sur l’interdiction de l’arbitrage forcé en cas d’agression et de harcèlement, et le «speak out act» du Congrès interdisant les clauses de confidentialité concernant le harcèlement sexuel. L’exemple de l’humoriste qui a gagné un prix malgré sa condamnation est cité dans le magazine. De même, ceux qui ont attaqué en diffamation les femmes qui ont parlé, à l’image d’Eric Brion (directeur général de l’ACCeS) en France, ont été réintégrés dans leur fonction.

Partager cet article