Le président argentin nouvellement élu, Javier Milei, est déterminé à tenir sa promesse électorale de réduire les dépenses de l’État à la tronçonneuse, notamment en supprimant l’Institut national du cinéma du pays (INCAA) et ses écoles de cinéma (ENERC). «La mise en œuvre de ce projet de loi aura un effet dévastateur, incalculable et irréparable sur l’ensemble de la culture et sur la souveraineté nationale, en particulier pour les travailleurs qui dépendent des industries culturelles, ce qui entraînera des milliers de nouveaux chômeurs», indique un communiqué. L’hyperinflation en Argentine a incité plus de 300 réalisateurs, producteurs, actrices, critiques et collègues du monde entier, menés par Pedro Almodóvar, Alejandro González Iñárritu, Aki Kaurismäki, Olivier Assayas et les frères Dardenne, à signer un communiqué protestant contre la proposition du libertaire d’extrême droite.

Partager cet article