Le parquet de Paris a requis un non-lieu pour Isabelle Adjani, mise en examen pour escroquerie depuis 2020, après la plainte d’un ex-consultant qui l’accusait d’avoir falsifié le remboursement de ses dettes à son égard, a appris l’AFP jeudi de sources proches du dossier. D’après ces sources, la patronne de l’agence de paparazzi Bestimage, la reine de la presse people Michèle «Mimi» Marchand, également poursuivie dans cette affaire pour complicité d’escroquerie, fait aussi l’objet de réquisitions de non-lieu du ministère public.

Partager cet article