Ça s’est produit fin mai, mais on en a peu parlé : Melinda Gates est partie de la fondation qui porte son nom. Après le divorce tumultueux d’un des couples les plus puissants de la planète, l’ex-femme de Bill Gates a tourné le dos à sa fondation éponyme. Melinda French Gates est l’une des philanthropes les plus influentes au monde. En tant que co-fondatrice de la Fondation Bill & Melinda Gates, la plus grande fondation caritative privée aux États-Unis, elle a dirigé des dons totalisant 77,6 milliards de dollars en subventions depuis sa création, en 2000. Cependant, elle a quitté ses fonctions à compter du 7 juin 2024.

Aujourd’hui, elle souhaite que les femmes aient les opportunités qu’elle, et beaucoup d’autres, n’ont pas eu et mettent fin à l’inégalité entre les sexes aux États-Unis. Son travail visant à diversifier les opportunités se poursuivra chez Pivotal Ventures LLC, qu’elle a fondée en 2015. Pivotal Ventures a promis 1 milliard de dollars à des sociétés d’investissement et d’incubation soutenant des initiatives qui autonomisent les femmes et les personnes de couleur dans quatre secteurs clés : la politique, la technologie, la finance et la narration. La philanthrope pointée régulièrement le manque d’égalité et de la diversité en général. «Selon un récent rapport McKinsey, les entreprises fondées uniquement par des femmes ont recueilli moins de 2 % du capital total investi dans des start-ups soutenues par du capital-risque, et seulement 1/10 de pour cent des fonds de capital-risque sont allés à des fondatrices noires et latino-américaines», pointe-t-elle dans «Lead This Way», un entretien organisé par le site de Yahoo Finance, à la mi-mars, avant qu’elle n’annonce sa démission. Elle y expliquait comment elle en était arrivée là où elle est et où elle envisageait d’aller ensuite.

Partager cet article