Plutôt que de décorer son cofondateur Hayao Miyazaki, le Festival a choisi pour la première fois de décerner une Palme d’honneur collective au studio dont les films («Princesse Mononoké», «Mon voisin Totoro») ont contribué à donner ses lettres de noblesse à l’animation, selon l’AFP.

Partager cet article