Google : des accords au cas par cas avec la presse australienne

12 octobre 2020 9 h 33 min 0 commentaire

Alors que le gouvernement australien envisage d’adopter un “code de conduite” dont les règles seraient bien plus contraignantes, Google a signé des accords avec de petits éditeurs locaux.

Tandis que le gouvernement australien travaille depuis de nombreux mois sur une législation qui obligerait les Gafa a rémunérer la presse locale pour les contenus d’actualité, Google a déjà passé plusieurs accords avec des éditeurs australiens. Son PDG, Sundar Pichai, a récemment annoncé avoir signé des accords de rémunération avec plus de 200 publications dans le monde, parmi lesquelles des entreprises australiennes. Crikey, un site d’actualités édité par le groupe Private Media, fait partie des titres ayant passé un accord avec le géant américain du web. “Google et Facebook sont conscients de l’impact que leur succès commercial a eu sur le financement d’un journalisme de qualité. Et sont prêts à payer une licence sociale pour poursuivre leurs activités. En l’état, le code de conduite exige de ces deux entreprises de payer les éditeurs de presse un montant illimité d’argent en vertu d’une formule tarifaire non définie ; aucune entreprise responsable ne pourrait accepter un tel arrangement”, a indiqué Eric Beecher, président de ce petit groupe de presse. Le montant global annoncé de ces accords s’élève à 800 millions d’euros sur trois ans, rapporte Les Echos. Toutefois, ces accords pourraient tomber à l’eau si le code de conduite que le gouvernement australien souhaite mettre en place n’est pas p r o f o n d é m e n t amendé, a prévenu Google. La Commission australienne de la concurrence (ACCC) avait rendu publique en juillet une première ébauche de ce code de conduite, qui doit être soumis dans sa version définitive au Parlement dans le courant du mois. Pour l’instant, ce code prévoit des négociations entre les Gafa et chaque groupe de presse. Si elles n’aboutissent pas, elles seront tranchées par une commission d’arbitrage indépendante. Un dispositif que Mel Silva, la directrice de Google en Australie, juge “impraticable”.

Laissez un commentaire