Sur son compte Twitter, la journaliste indépendante Laura-Maï Gaveriaux a indiqué jeudi 17 décembre avoir remporté son procès contre les 4 rédacteurs qui l’avaient assigné pour diffamation et injure consécutivement à un article intitulé “La Ligue des trous du cul”, en référence à la Ligue du LOL. “Ceux qui m’avaient attrait de manière téméraire en justice ont été déclarés nuls aujourd’hui par le tribunal !! NULS ! Je n’aurais pas su – ni osé – mieux dire !! Merci à tous mes soutiens fidèles, à mes témoins courageux, et un spécial big up à mon avocat Eric Morain.” Lors des audiences de novembre, le procureur a demandé aux juges d’annuler l’affaire du fait du non-respect des règles de procédure. Quentin Muller, Frédéric Bobin, Sarah Mersch et Thierry Bresillon n’auront pas l’opportunité de présenter leurs arguments devant le tribunal qui a tranché en faveur de la nullité de leur procédure dans un délibéré cinglant. Laura-Maï Gaveriaux avait écrit une tribune en février 2019 sur Médium pour dénoncer les agissements sexistes, ainsi que le cyber-harcèlement dont elle fut la cible.  “Après avoir lu les témoignages de jeunes femmes qui ont véritablement et parfois longtemps souffert des agissements de la Ligue du LOL, ‘Darons’, et autres groupes secrets aux noms ridicules, j’ai décidé de rendre public le bullying dont j’ai moi-même été la cible. Déjà parce que je suis vraiment attristée pour elles, révoltée de cette injustice. Ensuite parce que mon harcèlement, qui n’a pas été le fait des groupes qui ont été évoqués dans les médias, a été en tous points identique : mêmes méthodes, même chronologie, mêmes dynamiques.” Laura-Maï Gaveriaux avait été présente le 12 novembre à la 17e chambre du Tribunal Judiciaire (TJ) de Paris lors de l’audience de plaidoiries. Soulagée, celle qui est pigiste pour Les Échos-Le Parisien nous a indiqué : “Je vais pouvoir me consacrer à plein temps à ma passion : le reportage”. La journaliste a été assistée donc de son avocat, Maître Eric Morain, qui avait défendu notamment la journaliste d’Europe 1 Nadia Daam. Celui-ci indique de son côté : “C’est un épilogue peu glorieux pour ceux qui avaient engagé une bien mauvaise poursuite. Il est temps de passer à autre chose.”
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *