Selon le Parisien, deux femmes supplémentaires ont fait parvenir leur plainte pour viol au parquet de Nanterre contre Patrick Poivre d’Arvor. Les faits dénoncés remontent à 1992 pour Alejandra, 2005 pour Maïté. Ils sont donc prescrits mais s’ajoutent au dossier sur lequel un juge d’instruction est chargé d’en- quêter. La cour d’appel de Versailles a en effet ordonné de ne pas limiter cette enquête aux seuls faits non-prescrits mais de tenir compte de l’ensemble des faits rapportés, sur le principe de la «sérialité». C’est ce qui a décidé ces deux femmes à se joindre, à leur tour, à la procédure.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *