Bruno Le Maire, Aurore Bergé et Mamadou Haidara font le buzz

22 janvier 2021 6 h 40 min 0 commentaire

La plateforme de veille des réseaux sociaux, Visibrain, dévoile le top 3 des actualités qui ont le plus buzzé cette semaine sur Twitter.

Cette semaine, l’actualité la plus commentée sur Twitter concernait le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. L’article publié sur le site Bfmtv.com, intitulé “Bruno Le Maire dit ‘non’ au RSA pour les 18-25 ans”, a été le plus partagé sur le réseau social à ce sujet (51 357 fois). Ce papier relate les propos de Bruno Le Maire après son interview réalisée par Jean- Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV. Au cours de cet entretien, le ministre de l’Economie et des Finances a expliqué être contre le RSA pour les 18-25 ans, ce qui a immédiatement fait réagir les internautes sur Twitter. Ces derniers considèrent que le ministre a grandi dans un cadre privilégié, loin de la précarité, et qu’il n’est ainsi “pas en mesure de comprendre les difficultés des jeunes issus de milieux défavorisés”. La 2e actualité qui a le plus buzzé sur Twitter cette semaine concernait l’un des acteurs de la série française à succès de Netflix “Lupin”. L’article publié sur Leparisien. fr, baptisé “Sur les traces de Mamadou, qui incarne Omar Sy enfant dans ‘Lupin’ sur Netflix”, a été le plus partagé sur le réseau social à ce sujet (32 122 fois). Les internautes félicitent le jeune comédien, qui n’avait jamais tourné auparavant, mais surtout, ils pointent du doigt la non-mention de son nom et prénom : Mamadou Haidara. Enfin, la 3e actualité qui a le plus buzzé sur Twitter cette semaine concernait la députée LREM Aurore Bergé. L’article publié sur le site Nouvelobs.com, titré “Projet de loi ‘séparatismes’ : Aurore Bergé veut interdire le port du voile pour les petites filles”, a été le plus partagé sur le réseau social à ce sujet (17 378 fois). L’amendement déposé par Aurore Bergé pour interdire le port du voile aux petites filles a été très mal accueilli. Pour les internautes, le gouvernement devrait “revoir son sens des priorités”. En effet, ils estiment qu’il y a des problématiques plus urgentes à traiter comme la crise sanitaire, le décrochage scolaire des étudiants, ou encore la précarité.

Laissez un commentaire