Selon l’Unesco, un journaliste ou professionnel des médias a été tué tous les quatre jours l’an dernier, soit 86 journalistes, contre 55 en 2021. Les trois pays les plus dangereux pour la profession sont le Mexique, où 19 journalistes ont trouvé la mort, l’Ukraine, où l’on déplore 10 décès, et Haïti, Etat dans lequel on compte 9 victimes. L’institution regrette la fin de la «tendance positive» observable ces dernières années. «Les autorités doivent redoubler d’efforts pour mettre fin à ces crimes et veiller à ce que leurs auteurs soient condamnés», a déclaré la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *