“Deutsch-les-Landes”, une confrontation culturelle complexe

7 décembre 2018 7 h 36 min 0 commentaire

La première production française d’Amazon Prime Video réunit des talents des deux côtés du Rhin, pour un résultat mitigé.

Avec “Deutschles -Landes”, Amazon Prime Video s’attaque au marché français. La série en 10 épisodes de 26 minutes, disponible depuis quelques jours sur la plateforme, est cosignée par Alexandre Charlot et Franck Magnier (“Les Guignols”, “Bienvenue chez les Cht’is”), dans une collaboration inédite avec des auteurs allemands. Coproduite par Newen et Bavaria, cette comédie raconte l’arrivée de 200 Allemands dans un village surendetté, Jiscalosse (Nouvelle-Aquitaine), dont la maire (Marie- Anne Chazel) a vendu le château à une entreprise de Munich. Au centre de l’intrigue, Chloé (Roxane Durand), employée par l’entreprise allemande, revient dans son village natal. C’est notamment grâce à ce personnage que les auteurs ont pu insuffler une dimension émotionnelle dans la comédie. Une sensibilité qui rend cette série plus intéressante que les frottements culturels parfois factices pouvaient laisser supposer. “La comédie n’empêche pas que l’on puisse aller en profondeur. Les Allemands préféraient parler de dramédie”, confie Alexandre Charlot. “Il ne fallait pas négliger l’épaisseur des personnages. C’est là où on peut avoir de la finesse comme des situations plus farfelues, plus loufoques. Ce genre d’écrin permet de développer plein d’humours différents et d’aller vers l’émotion”, défend Franck Magnier. Ce dernier ajoute que “suite à cette collaboration franco-allemande, il y avait encore des boulons à serrer sur le plateau, et un gros travail a été fait par les réalisateurs et les comédiens”. Denis Dercourt, qui a réalisé les cinq premiers épisodes, confirme : “Nous avons eu de la chance d’avoir des comédiens d’un super niveau, homogène, côté allemand comme côté français.” A l’affiche, Sylvie Testud incarne une prof d’allemand habitée par le fantasme teuton, Sophie Mounicot interprète la mère de Chloé, et Christoph Maria Herbst joue Manfred, “un personnage qui ne se trouve jamais au bon endroit au bon moment. Cette délocalisation forcée va lui permettre de trouver sa voie”, précise Franck Magnier. Le principal défaut de “Deutsch-les-Landes” réside dans un doublage en français qui annihile toutes les subtilités des dialogues entre Français et Allemands. “On savait que la série (où chacun a tourné dans sa langue, ndlr) allait être doublée. On a choisi de le faire sans accent, il a ensuite fallu traduire les blagues”, explique le réalisateur français. “Le doublage a eu une vertu, cela a évité qu’on fasse des blagues sur les prononciations”, soutient Alexandre Charlot. Une difficulté s’ajoute : celle de reconnaître les acteurs allemands et français dans certaines scènes. Franck Magnier répond : “Le truc qui m’a sauté aux yeux, c’est que les acteurs allemands jouent comme on a compris leur culture allemande et les acteurs français jouent comme on connaît la culture française, c’est-à-dire que les acteurs français sont plus expansifs et les acteurs allemands sont moins dans la démonstration”. Alexandre Charlot conclut : “Cela fournit un contrepoint qui marche bien, cela crée un champ comique.” Caroline Gourdin

Laissez un commentaire